LES SUJETS

Déclaration politique du sommet V ALBA

Déclaration politique du sommet V ALBA

L'intégration et l'union de l'Amérique latine et des Caraïbes sur la base d'un modèle de développement indépendant qui donne la priorité à la complémentarité économique régionale, concrétise la volonté de promouvoir le développement de tous et renforce une véritable coopération fondée sur le respect mutuel et la solidarité, ce n'est plus une simple chimère, mais une réalité tangible.

Tintorero - Lara State, 29 avril 2007

Les présidents Hugo Chávez, Evo Morales, Daniel Ortega et le vice-président Carlos Lage ont signé


A l'occasion du V Sommet de l'Alternative bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) et du premier anniversaire du Traité commercial des peuples (TCP), Hugo Chávez Frías, président de la République bolivarienne du Venezuela, Evo Morales Ayma; Président de la République de Bolivie, Carlos Lage Dávila, Vice-président du Conseil d’État de la République de Cuba; Daniel Ortega Saavedra, président de la République du Nicaragua; tous les représentants des pays membres de l'ALBA; et en présence de René Préval, Président de la République d'Haïti; Maria Fernanda Espinosa, chancelière de la République de l'Équateur; Reginald Austrie, Ministre de l’énergie et des travaux publics du Commonwealth de Dominique; Assim Martin, Ministre des travaux publics, des transports, des postes et de l’énergie de la Fédération de Saint-Kitts-et-Nevis; Julian Francis, Ministre du logement, des établissements humains informels, de l'aménagement du territoire et du territoire de Saint-Vincent-et-les Grenadines et Eduardo Bonomi, Ministre du travail et de la sécurité sociale de la République orientale de l'Uruguay, en tant qu'invités spéciaux et observateurs de ce Sommet, ont effectué le Les 28 et 29 avril 2007, ils ont procédé à une évaluation complète du développement des programmes et projets approuvés dans le premier plan stratégique de l'ALBA, ainsi que des actions de coopération et d'intégration déployées en 2006 en République de Bolivie et en République du Nicaragua et des pays frères des Caraïbes.

Au cours du débat tenu dans un climat de fraternité et de fraternité, nous ratifions l'idée que le principe directeur de l'Alternative bolivarienne pour les peuples de notre Amérique est la solidarité la plus large entre les peuples d'Amérique latine et des Caraïbes, sans nationalismes. des politiques nationales égoïstes ou restrictives qui peuvent nier l'objectif de construction de la Grande Patrie dont rêvaient les héros et les héros de nos luttes émancipatrices.

L'intégration et l'union de l'Amérique latine et des Caraïbes sur la base d'un modèle de développement indépendant qui donne la priorité à la complémentarité économique régionale, concrétise la volonté de promouvoir le développement de tous et renforce une véritable coopération basée sur le respect mutuel et la solidarité, ce n'est plus un simple chimère, mais une réalité tangible qui s'est manifestée ces dernières années dans les programmes d'alphabétisation et de santé, qui ont permis à des milliers de Latino-Américains d'avancer sur la voie d'une véritable sortie de la pauvreté; dans la coopération apportée en matière énergétique et financière aux pays des Caraïbes, qui contribue de manière décisive au progrès de ces peuples frères; dans l'augmentation soutenue du commerce compensé et équitable entre Cuba et le Venezuela, et dans l'ensemble des coentreprises formées entre les deux dans diverses branches productives; dans l'important soutien financier direct fourni à la Bolivie pour la réalisation de divers programmes sociaux, dans l'ensemble des projets identifiés pour la constitution de coentreprises binationales; dans tout le processus d'impulsion que nous fournissons au gouvernement sandiniste du Nicaragua, qui en quelques mois produit des effets très positifs dans les domaines de la production d'électricité, de la production agricole, de l'approvisionnement en intrants pour les industries, entre autres.

L'Alternative bolivarienne pour les peuples de notre Amérique, qui repose sur les principes de solidarité, de coopération authentique et de complémentarité entre nos pays, sur l'utilisation rationnelle et basée sur le bien-être de nos peuples de leurs ressources naturelles - y compris leur potentiel énergétique -, dans la formation intégrale et intensive du capital humain qu'exige notre développement et en répondant aux besoins et aspirations de nos hommes et femmes, a démontré sa force et sa viabilité comme alternative de justice face au néolibéralisme et aux inégalités.

L'ALBA montre avec des statistiques concrètes que le libre-échange n'est pas capable de générer les changements sociaux nécessaires, et que la volonté politique est plus capable de soutenir la définition consciente de programmes d'action visant à éradiquer les drames sociaux de millions d'êtres humains sur notre continent.

En vertu de ce qui précède, les chefs d'État de Cuba, du Venezuela, de la Bolivie et du Nicaragua, au nom de leurs peuples respectifs, ont réaffirmé leur détermination à continuer d'avancer et d'approfondir la construction de l'ALBA, étant entendu que cette alternative constitue une stratégie d'alliance politique , dont la vocation fondamentale à moyen terme est de produire des transformations structurelles dans les formations économico-sociales des nations qui la composent, de rendre possible un développement partagé, capable de garantir l'insertion réussie et durable dans les processus de production et d'échange du monde aujourd'hui, mettre la politique et l'économie au service des êtres humains.


Dans le contexte dans lequel il prend forme, l'ALBA constitue le premier effort historique pour construire un projet latino-américain global à partir d'une position politique favorable. Depuis la Révolution cubaine, les forces progressistes du continent, soit de l'opposition, soit du pouvoir, ce qu'elles avaient fait était d'accumuler des forces pour résister à l'offensive de l'empire (Cuba est l'exception car elle a non seulement réussi à survivre, mais aussi construit une société qualitative supérieure, déployant en même temps un travail transcendant de soutien internationaliste aux pays les plus pauvres, au milieu d'un terrible blocus de l'impérialisme américain); C'est avec la naissance de l'ALBA que les forces révolutionnaires ont pu passer dans une situation nouvelle que l'on pourrait bien définir comme l'accumulation de la force politique nécessaire à la consolidation du changement intervenu dans la corrélation des forces politiques sur notre continent.

De nouvelles perspectives d'intégration et de fusion s'ouvrent devant nous qui s'inscrivent dans le saut qualitatif qui promeut les liens de coopération profonds que nous avons noués ces dernières années. Pour cette raison, nous nous engageons à mener à bien la construction de nouveaux types d'espaces économiques et productifs qui procurent de plus grands avantages à nos peuples, grâce à l'utilisation rationnelle des ressources et des actifs de nos pays, pour lesquels il est nécessaire d'avancer dans la formation de Entreprises nationales, établissant et consolidant les accords normatifs et institutionnels nécessaires à la coopération; mettre en œuvre des stratégies et des programmes nationaux communs de tous nos pays dans des domaines tels que: l'éducation, la santé, l'énergie, la communication, les transports, le logement, les routes, l'alimentation, entre autres; promouvoir de manière consciente et organisée l'expansion de l'Accord commercial des peuples avec des échanges justes et équilibrés; mener des programmes pour l'utilisation rationnelle des ressources énergétiques renouvelables et non renouvelables, construire une stratégie de sécurité alimentaire commune à toutes nos nations; élargir la coopération en matière de formation des ressources humaines; et la création de nouvelles structures pour renforcer notre capacité à financer de grands projets nationaux.

Ils ont réaffirmé leur conviction que seul un processus d'intégration entre les peuples de notre Amérique, qui tienne compte du niveau de développement de chaque pays et garantisse que toutes les nations bénéficient de ce processus, nous permettra de surmonter la spirale dégradante du sous-développement imposée notre pays.

Lors de ce V Sommet, nous avons vu avec une grande joie le contenu de la Déclaration politique signée le 17 février à Saint-Vincent-et-les Grenadines par les premiers ministres Roosevelt Skerrit, du Commonwealth de Dominique; Ralph Gonsálves, de Saint-Vincent-et-les Grenadines, Winston Baldwin Spencer, d'Antigua-et-Barbuda et Hugo Chávez Frías, président de la République bolivarienne du Venezuela, dans lesquels ils expriment leur volonté de promouvoir la coopération et l'unité les plus profondes entre la Communauté des Caraïbes (CARICOM ) et les États signataires de l'Alternative bolivarienne pour les peuples de notre Amérique et de l'Accord commercial des peuples, afin que leurs avantages sociaux et les possibilités de développement économique durable avec indépendance et souveraineté soient égaux pour tous, tout ce qui commence à se matérialiser avec la présence à ce V Sommet de nos frères des Caraïbes.

Les chefs d'État et de gouvernement de Cuba, du Venezuela, de la Bolivie et du Nicaragua ont accepté de signer cette déclaration, convaincus qu'elle ouvre la voie à une nouvelle phase de consolidation stratégique et de progrès politique de l'Alternative bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA ), dans la perspective historique de pouvoir réaliser les rêves de nos libérateurs de construction de la grande patrie latino-américaine et caribéenne.

Fait à Barquisimeto, République bolivarienne du Venezuela, le 29 avril 2007.

LEVER DU SOLEIL:
Annexe 1- ORGANIGRAMME.


Annexe 2 - DÉCLARATION DES CHEFS D'ÉTAT OU DE GOUVERNEMENT DES PAYS D'ALBA SUR LA LIBÉRATION DU TERRORISTE LUIS POSADA CARRILES.

Les chefs d'État ou de gouvernement des pays qui composent l'Alternative bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), réunis à Barquisimeto, Venezuela, les 28 et 29 avril 2007, ont analysé la récente libération sous caution du terroriste international Luis Posada Carriles.

Les chefs d'État ou de gouvernement ont condamné ce fait et se sont déclarés convaincus qu'il répondait à une manœuvre orchestrée par le gouvernement des États-Unis en guise de récompense au terroriste pour son silence et pour ne pas avoir révélé les détails de ses actes terroristes au service de la Gouvernement des États-Unis contre Cuba, le Venezuela et d'autres pays de notre Amérique, y compris leur participation à l'opération Condor et au scandale Iran-Contras, en plus d'autres actions menées pendant des décennies, y compris la période où le père de l'actuel président de la United States était directeur de la Central Intelligence Agency (CIA).

Ils ont vérifié que le Gouvernement des États-Unis disposait de toutes les informations sur les agissements de Luis Posada Carriles et que, dans le cadre de la manœuvre susmentionnée, il avait pris la décision politique de ne pas certifier devant les tribunaux américains, conformément à la législation de ce pays, que la libération de Luis Posada Carriles menace la sécurité nationale des États-Unis ou la sécurité de la communauté ou de toute personne.

Le gouvernement des États-Unis, tout en gardant injustement et cruellement cinq jeunes combattants antiterroristes cubains en prison, a protégé le terroriste dès son arrivée aux États-Unis à bord du navire "Santrina". Avec cette action, elle a non seulement violé toutes les conventions internationales sur le terrorisme auxquelles elle est partie, mais aussi la résolution 1373 (2001) du Conseil de sécurité des Nations Unies, qu'elle a promue, et a démontré son double standard dans la << guerre sur le terrorisme »lancé par son président.

Le gouvernement des États-Unis est lié par les dispositions de la Convention internationale pour la répression des attentats terroristes à l'explosif, qui est entrée en vigueur le 23 mai 2001, et de la Convention pour la répression d'actes illicites dirigés contre la sécurité de l'aviation civile, qui est entrée en vigueur. le 26 janvier 1973, dont il est un État partie, de l'extrader ou, à défaut, de soumettre l'affaire à ses autorités compétentes aux fins de poursuites, sans aucune exception et indépendamment du fait que le crime ait été commis ou non sur son territoire .

Au contraire, le Gouvernement nord-américain accepte désormais sa libération et continue d’ignorer la demande d’extradition présentée il y a près de deux ans et répondant à toutes les exigences du Gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela.

Pour le reste, et afin de ne pas contrarier Luís Posada Carriles et les forces terroristes qui le soutiennent sur le territoire des États-Unis, le gouvernement des États-Unis s'est limité en janvier dernier à l'instruire sur des accusations de délits migratoires mineurs qui dans le cadre de la manœuvre, ils ne vous rapporteront qu'une petite phrase.

Les chefs d'État ou de gouvernement des pays qui composent l'ALBA exigent que le gouvernement des États-Unis respecte ses engagements internationaux et procède à l'extradition du terroriste Luis Posada Carriles vers la République bolivarienne du Venezuela ou à le poursuivre pour ses actes terroristes, y compris la destruction en plein vol d'un avion civil de Cubana de Aviación en 1976 et les actes terroristes avec des baskets commis contre des installations touristiques cubaines en 1997, dont l'un a coûté la vie au jeune italien Fabio di Celmo.

Barquisimeto, 29 avril 2007-

Annexe 3 - DECLARATION DE SOUTIEN AU VENEZUELA CONCERNANT LE CAS DE L'EXPIRATION DE LA CONCESSION DE LA SOCIETE RCTV.

Les participants au sommet V ALBA, réuni en séance plénière le 29 avril 2007, à Barquisimeto, Venezuela, reconnaissent que dans la transition fructueuse de la consolidation de leur pleine indépendance, le peuple vénézuélien et son gouvernement disposent aujourd'hui d'instruments pour parvenir à la démocratisation de la liberté d'expression, comme la loi de responsabilité sociale à la radio et à la télévision et le développement des médias communautaires et alternatifs, qui permettent aux communautés du pays de construire leurs propres canaux de communication en fonction de leurs processus culturels et de leurs préoccupations réelles.
Pour consolider ce processus, il est nécessaire de démocratiser l'utilisation du spectre radioélectrique, bien de la Nation, dont l'administration est constitutionnellement réservée à l'Etat vénézuélien.
Ce processus de démocratisation est opposé par des groupes économiques, attachés à des privilèges anciens et non démocratiques, qui ont profité oligopoliquement de la télévision, de la radio et de la presse écrite au Venezuela.
Ces groupes sont devenus obsédés par le but de rééditer la conspiration médiatique, économique, sociale et politique qui a pris forme lors du coup d'État du 11 avril 2002, articulant un soutien transnational dans une campagne permanente et féroce de diffamation, diffamation et blessures contre le peuple vénézuélien et son gouvernement, afin de mettre un terme à la décision de l'Etat de NE PAS RENOUVELER la concession du signal de la chaîne 2, qui expire le 27 mai 2007, à l'un de ces groupes économiques.
En ce sens, ce sommet du V ALBA exhorte les organisations multilatérales dans le domaine des droits de l'homme, à agir sur la base du droit international et du respect de la souveraineté des peuples, et non en termes de satisfaction des groupes de pouvoir économique, en s'engageant à y faire des compromis. contre les États ou les peuples du continent.
Enfin, nous reconnaissons la tolérance démocratique de la société vénézuélienne face au terrorisme médiatique des groupes oligarchiques, dont elle est victime depuis 8 ans, et nous réitérons notre approbation pour les progrès du gouvernement vénézuélien dans la démocratisation de la communication, à travers le développement des médias communautaires et alternatifs, ainsi que la garantie d'accès pour l'ensemble de la société à l'utilisation du spectre radioélectrique, notamment pour les émissions radiophoniques et télévisées.

PROJETS. Sommet V ALBA.

PROJET GRANNATIONAL ALBA - ÉDUCATION

Nous devons faire de l'éducation la principale force des transformations que nous produisons dans nos nations, renforcer la conscience historique de l'union des peuples latino-américains.

Les présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets Grannational ALBA suivants dans le domaine de l'éducation:

PROJETS

«Plan national pour le développement de la mission d'alphabétisation dans les pays membres de l'ALBA et dans d'autres pays d'Amérique latine et des Caraïbes, avec l'intégration des expériences acquises à Cuba, au Venezuela et en Bolivie.

«Plan de formation universitaire qui priorise les carrières en médecine sociale, travail social, entre autres.

"Programme commun de formation sociale pour le travail productif.

Il est convenu de transmettre cette approbation à la Commission sociale de l'ALBA

ALBA - CULTURE

L'identité culturelle nous fournit une base solide pour l'intégration et l'union des peuples. C'est le point de départ de tout ce que nous voulons et pouvons faire. Dans notre cas, c'est l'un des plus grands avantages que nous ayons par rapport à un monde aussi diversifié et hétérogène.

Les Présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets Grannational suivants de l'ALBA dans le domaine culturel:

PROJETS

"Alba Cultural Fund pour: la production et la distribution de films en commun, la coproduction grannational d'espaces de radio et de télévision, l'édition et la distribution latino-américaine de livres et de publications, la création de réseaux de librairies partagées.

"Ouverture de six Casas del Alba: à La Havane, La Paz, Quito, Caracas, Managua et Puerto Principe.

Il est convenu de transmettre cette approbation à la Commission sociale de l'ALBA

ALBA - COMMERCE ÉQUITABLE - TCP

Pour atteindre cet objectif, l'articulation de toutes les initiatives dans le domaine productif dans un plan global de complémentarité économique est essentielle.

Les Présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets Grannational suivants de l'ALBA dans le domaine du commerce équitable:

PROJETS

"Création d'une société Grannacional de fournitures industrielles d'ALBA dont l'objectif sera la commercialisation de fournitures, équipements et machines pour l'industrie.

"Création d'une société d'importation et d'exportation Grannacional de l'ALBA.

«Création des magasins ALBA qui constitueront un réseau de stockage et de vente de produits finis des pays membres de l'ALBA.

"Création de la Foire Internationale de l'ALBA.

"Création du centre de formation Grannacional pour la conception et l'exécution de projets de recherche, l'innovation technologique, l'assistance technique et la formation pour améliorer la capacité de production et la qualité de nos pays.

Il est convenu de transmettre cette approbation à la commission économique de l'ALBA

ALBA - FINANCIER

Certes, toutes les avancées dans le domaine de l'indépendance économique, avec ses dérivations dans la production alimentaire, l'expansion de la production, la croissance économique et le commerce équitable, sont liées à des forces financières.

Les présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets nationaux suivants de l'ALBA dans le domaine financier:

PROJETS

"Création du Fonds économique de coopération et d'investissements productifs de l'ALBA.

<< Le Venezuela s'engage à verser une contribution initiale de 250 millions de dollars

"ALBA Bond Issuance, jusqu'à un milliard USD.

Il est convenu de transmettre cette approbation à la Commission d'investissement et de financement de l'ALBA

ALBA - ALIMENTAIRE

ALBA est tenue de garantir la nutrition de nos Peuples en qualité et en quantité suffisantes. La réalisation de cet objectif constitue le test décisif de l'ensemble des projets structurants. La réalisation d'une autosuffisance partagée dans la production et la distribution alimentaires, garantissant la sécurité alimentaire, doit être au centre des plans stratégiques à long terme.

Les présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets Grannational ALBA suivants dans le domaine alimentaire:

PROJETS

"Création de la" Banque alimentaire "pour garantir l'approvisionnement.

"Création d'une société de production Grannacional Agroalimentaria.

Il est convenu de transmettre cette approbation à la Commission d'investissement et de financement de l'ALBA

ALBA - SANTÉ

Le projet de santé ALBA est l'une des armes les plus puissantes de justice sociale pour démontrer dans la pratique la supériorité humaine des nouvelles politiques et relations générées par l'ALBA.

Les présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets nationaux suivants de l'ALBA dans le domaine de la santé:

PROJETS

<< Plan grand-national pour le développement de la mission sanitaire des pays de l'ALBA qui guide les plans à différents niveaux et optimise les investissements et les ressources pour le relèvement et la mise en œuvre de systèmes de santé publique avec accès universel dans tous nos pays. Ainsi que l'approvisionnement et des instruments de recherche, de développement pour l'utilisation de la ressource de biodiversité de notre région.

Il est convenu de transmettre cette approbation à la Commission sociale de l'ALBA

ALBA - TÉLÉCOMMUNICATIONS

Notre projet doit viser une utilisation large et extensive de cet outil, surtout pour la bataille des idées que nous menons dans le domaine de l'éducation et de la formation idéopolitique.

Les présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets Grannational ALBA suivants dans le domaine des télécommunications:

PROJET

"Créer une société de télécommunications Grannacional.

Il est convenu de transmettre cette approbation à la commission économique de l'ALBA

ALBA - TRANSPORT

Les présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets Grannational ALBA suivants dans le domaine des transports:

PROJETS

" Transport aérien:
<< Promouvoir la création d'une société << Grannacional >> de compagnies aériennes d'État qui associent des routes et des équipements sans perdre leur autonomie. Elle pourrait prendre le nom d'ALSUR (Alas del Sur ou ALBA Sur) qui établit les liaisons Caracas - Managua - La Paz - Quito - La Havane - Port-au-Prince.
"Promouvoir la création d'une société" Grannacional "pour la maintenance et la construction d'avions.

" Transport maritime:
"Afin de faciliter les échanges entre les pays de l'ALBA et leurs alliés, il est nécessaire de transformer TransALBA ou de créer une nouvelle compagnie maritime" Grannacional "dans le Sud, pour le transport de marchandises et de passagers, qui conçoit des itinéraires et dispose des équipements appropriés pour communication maritime entre eux.
"Incorporer le reste des pays de l'ALBA à l'initiative des joint-ventures déjà établies.
«Concevoir et permettre les voies de communication fluviale entre les pays du Sud.

" Transport terrestre:
«Développer un plan de communication terrestre pour la région ALBA Vision, une alternative à celle promue par les organisations multilatérales.
"Promouvoir la création d'une société Grannational pour le développement des infrastructures dans la Région.

Il est convenu de transmettre cette approbation à la commission économique de l'ALBA

ALBA - TOURISME

Les présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets Grannational ALBA suivants dans le domaine du tourisme:

PROJETS

"Préparation du plan macro pour le tourisme social.

"Déclaration de l'Université de Tourisme de l'ALBA

Il est convenu de transmettre cette approbation à la commission économique de l'ALBA

ALBA - MINIER

Les présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets Grannational ALBA suivants dans le domaine minier:

PROJETS

"Création d'une société Grannacional pour la coopération, la recherche et le développement dans le domaine minier géologique.

"Création d'une société Grannacional pour le développement de l'industrie de l'aluminium.

"Création d'une société Grannacional pour le développement des industries du ciment pour les pays de l'ALBA.

"Création d'une société Grannacional pour la gestion des forêts, la production et la commercialisation de produits de l'industrie du bois.

Il est convenu de transmettre cette approbation à la commission économique de l'ALBA

ALBA - INDUSTRIEL

Il est nécessaire de faire une grande alliance entre les industries lourdes et légères, créant des Grandes Entreprises Nationales pour renforcer la souveraineté industrielle sur notre continent.

Les Présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets Grannational suivants de l'ALBA dans le domaine industriel:

PROJETS

"Création d'une société Grannacional d'articles et de marchandises en acier inoxydable.

"Développement d'usines de produits White Line pour l'ALBA et les pays d'Amérique latine avec la coopération des pays alliés (Biélorussie, Iran, Chine)

Il est convenu de transmettre cette approbation à la commission économique de l'ALBA

ALBA - ÉNERGIE

Il est nécessaire de faire une grande alliance entre les entreprises énergétiques nationales afin d'atteindre les objectifs du traité ALBA sur l'énergie, pour cela une société Gran Nacional de Energía sera créée qui couvrira les domaines du pétrole, du gaz, du raffinage, de la pétrochimie, du développement d'infrastructures de transport, de stockage, de distribution, d'électricité, d'énergies alternatives et de transport maritime.

Sur la base de ce qui a été exprimé en termes d'unité, les présidents ont discuté et approuvé par consensus les projets Grannational suivants de l'ALBA dans le domaine de l'énergie:

PROJET BOLIVIE

"Distribution de carburant par l'enregistrement de quinze (15) stations-service pour un montant de 4,7 millions USD
"Construction de deux (2) usines d'extraction de gaz naturel liquide:
a.- Usine située dans le nord du pays à Santa Cruz d'une capacité de 200 MMPCD et un investissement de 70 MM USD.
b.- Situé dans le sud du pays avec une capacité de 300 MMPCD et un investissement estimé à 100 MM USD.
"Projet de production thermique (diesel) d'énergie électrique d'une capacité de 40 MW, avec un coût estimé à 30 MM USD.
«Projet visant à améliorer l'efficacité de l'utilisation de l'énergie électrique en remplaçant les équipements inefficaces par des équipements économes en énergie avec un investissement estimé à 5 millions USD.
"Usine de production d'asphalte d'une capacité de 10 MBD et d'un investissement estimé à 150 millions USD.
"Projet d'exploration et d'exploitation de quatre gisements de gaz en Bolivie avec un investissement estimé pour la phase initiale de 620 MM USD.

CUBA

«Rénovation et mise en service de la raffinerie de Cienfuegos avec une capacité de raffinage de 65 MBD et un investissement estimé pour la phase initiale de 83 millions USD.
"Construction d'une usine de regazéification de GNL d'une capacité de 100 MPCD et d'un investissement estimé à 8 MM USD.

NICARAGUA

"Usine de raffinage de 150 MBD et avec un investissement estimé à 3 550 millions USD.
"Projet de production thermique (diesel) d'énergie électrique d'une capacité de 120 MW (60 MW diesel 60 MW fioul), avec un coût estimé à 89 MM USD.

HAÏTI

"Construction d'une usine de regazéification de GNL d'une capacité de 50 MPCD et d'un investissement estimé à 4 MM USD.
«Projet de production thermique (fioul) d'électricité d'une capacité de 60 MW, d'un coût estimé à 56 MM USD.
"Projet de visualisation, de conceptualisation et de construction d'une raffinerie de 10 MBD avec un investissement estimé à 80 MM USD.

Il est convenu de transmettre cette approbation à l'ALBA Energy Commission

Pour la République bolivarienne du Venezuela, Hugo Chávez Frías, président de la République

Pour le Gouvernement de la République de Bolivie, Evo Morales Président

Pour le Gouvernement de la République de Cuba, Carlos Lage, Vice-président de la République

Pour le Gouvernement de la République du Nicaragua, Daniel Ortega, Président de la République.

Portail ALBA
www.alternativabolivariana.org


Vidéo: Le discours de Greta Thunberg à lONU (Mai 2021).