LES SUJETS

Construction et utilisation d'indicateurs de substitution pour la planification agricole participative

Construction et utilisation d'indicateurs de substitution pour la planification agricole participative

Par Harold A. Moreno, Gloria X. Pedraza, Antonio J. Solarte

L'évaluation de la durabilité des systèmes agricoles nécessite des aspects innovants qui sont compliqués dans d'autres qui sont plus clairs pour détecter les tendances dans le système ou l'exploitation. L'objectif de cette proposition est d'examiner la construction, l'utilité et l'utilisation d'indicateurs pour évaluer la durabilité des systèmes de production.

L'évaluation de la durabilité des systèmes agricoles nécessite des aspects innovants qui sont compliqués dans d'autres qui sont plus clairs pour détecter les tendances dans le système ou l'exploitation. L'objectif de cette proposition est de considérer la construction, l'utilité et l'utilisation d'indicateurs pour évaluer la durabilité des systèmes de production.

Le Cipav considère que l'utilisation d'indicateurs et l'application de sa méthodologie de construction permettent, entre autres aspects, d'observer des tendances claires dans la durabilité générale des biens ou micro-bassins versants et de renforcer les processus de formation et de sensibilisation de ses habitants sur les enjeux sont détectés avec la participation explicite de ceux qui y interviennent.

La durabilité Écologique et environnemental de ces systèmes de production, valorisés à travers ces indicateurs, est clairement conditionné par des aspects Économique, socioculturel et institutionnel.

L'application de cette proposition méthodologique aux communautés rurales montre que l'élaboration d'indicateurs, même avec leurs limites, est un moyen adéquat pour détecter les points critiques de durabilité, établir leurs causes et proposer des solutions à moyen terme. Un objectif multidimensionnel tel que la durabilité, ne peut être abordé que par une méthodologie participative qui permet de former dans différents aspects aux différents acteurs.

Ces dernières années, la recherche de mécanismes permettant d'évaluer la durabilité des systèmes agricoles a suscité un grand intérêt. Cependant, dans la pratique, cela a été relégué au déclaratif et le terme n'a pas été rendu opérationnel, en outre, il y a très peu de tentatives sérieuses pour le mesurer.

L'évaluation de la durabilité est affectée par une série importante de problèmes inhérents à la multidimensionnement du concept lui-même (écologique, économique, social, culturel et institutionnel). Si sa mesure est basée sur la définition la plus acceptée du développement durable qui apparaît dans la Commission Brundtland (WCED, 1987), qui définit que ² Le développement durable est celui qui permet de répondre aux besoins des générations présentes, sans compromettre les besoins des générations futures², malgré son acceptation universelle, il est évident que la contribution en termes d'outils ou de critères nécessaires à sa mesure est nulle.

À ce niveau de complexité, il n'y a pas de paramètres ou d'outils visiblement développés, c'est pourquoi pour son analyse il est proposé de se concentrer sur les aspects qui doivent être transformés en indicateurs qui sont clairs, objectifs et généraux construits avec les habitants des zones rurales. Ces initiatives se sont avérées efficaces dans l'analyse au niveau des exploitations.

Une fois que la définition de la durabilité a été convenue avec les participants, l'élaboration d'indicateurs ou de «signaux» devient une tentative valable d'unifier les critères sur des aspects essentiels qui confèrent ou non la durabilité aux systèmes de production.

Ce qui suit est un exercice de construction participative d'un système d'indicateurs qui a été développé pour mesurer la durabilité du bien avec l'organisation " Association des producteurs autochtones et paysans de Rio Sucio, Caldas, Colombie »- Asproinca. Le processus a été conçu comme la possibilité de construire conjointement un système qui permettrait à la fois à l'équipe technique de l'organisation (promoteurs agroécologiques) et aux paysans et autochtones, de définir la proposition agroécologique de durabilité et d'avancer dans sa construction grâce à l'utilisation de indicateurs qui aideraient à votre mesure. Cette application a permis de déterminer les situations passées et actuelles des biens, de sorte que de cette manière les réussites ont été soulignées et ainsi des mesures correctives pourraient être adoptées si nécessaire et de déterminer jusqu'où aller avec la proposition.

D'une dimension plus intégrale, elle a été facilitée en parallèle pour mener à bien un processus de formation pour les paysans et les peuples autochtones, qui ont construit leurs objectifs en impliquant des aspects économiques-productifs, socioculturels, environnementaux et institutionnels de telle manière que son application a conduit à une orientation à partir de laquelle avancer en fonction des priorités définies dans un plan de travail pour chaque propriété des associés de l'organisation.

Une fois la proposition de durabilité spécifiée, un processus participatif a été mené afin de déterminer quels indicateurs pourraient être appliqués. Ensuite, nous avons procédé à l'établissement et à la définition de chacun d'entre eux, à stipuler les moyens de vérification et à attribuer les échelles de notation, en fonction d'une situation souhaitée, définissant les conditions maximales et minimales et tenant compte des caractéristiques et particularités de la zone, la définition des chaque indicateur et langage faciles à comprendre pour les parties prenantes concernées.

L'expérimentation pratique des systèmes d'indicateurs devrait permettre d'effectuer les premiers ajustements et corrections. Par conséquent, plus tard, la méthodologie a été utilisée pour construire et valider un groupe d'indicateurs à appliquer aux paysans et aux populations autochtones des zones rurales. La construction d'un instrument a également été réalisée qui, une fois adopté, permet le suivi non seulement des paysans et des populations autochtones dans chaque bien mais aussi d'autres institutions d'accompagnement et la possibilité de générer des informations pour la construction de propositions ou de projets qui facilitent l'intervention institutionnelle dans certains aspects. priorité de mise en œuvre. La figure 1 montre la procédure méthodologique appliquée pour la construction des indicateurs.


La construction d'indicateurs de durabilité avec l'Association des producteurs autochtones et paysans de Rio Sucio, Caldas, Colombie - Asproinca, a abouti à 16 signaux qui ont permis à l'organisation d'avancer dans sa proposition agroécologique, dont 4 sont économiques, 6 environnementales et 6 socio- culturel. La figure 2 montre le processus de progression de chacun des signaux, pour un échantillon de 21 biens, sur une période de 4 ans, mettant en évidence les réalisations et leur approche de la situation idéale.


Figure 2. Indicateurs de durabilité construits avec ASPROINCA, pour un échantillon de 21 exploitations

Si une analyse conjointe est réalisée là où les 3 périodes de temps systématisées se chevauchent (6 mois à moins de 2 ans, de 2 à 4 ans et plus de 4 ans), 5 situations sont observées qui sont mentionnées ci-dessous et qui servent de référence pour la comparaison de la proposition dans le temps (voir figure 3):

a) Les producteurs qui ont été avec la proposition agroécologique pendant le temps le plus court (6 mois - 2 ans) montrent que le marché, les fonds renouvelables, le niveau de recyclage, le logement et la participation locale sont les indicateurs les plus importants lorsqu'ils s'engagent, ce qui permet d'affirmer qu'ils sont la base et ceux qui dynamisent les autres pour avancer, c'est peut-être à cause de cela que la forme qui caractérise ce développement n'est pas uniforme.

b) Les producteurs qui sont de l'ordre de 2 à 4 ans présentent des caractéristiques similaires au précédent à la différence que la forme graphique est plus lisse, ne présente pas de pics marqués dans les fonds renouvelables, ni sur le marché et la commercialisation, il y a une condition qui montre le plus haut degré de non-durabilité et est celle qui se réfère à l'indicateur de conservation des sols.

c) Les producteurs qui sont dans la proposition pour une période supérieure à 4 ans montrent une progression plus concentrique que ceux qui ont eu moins de temps, il n'y a pas de pics marqués; au contraire, la proposition montre un développement plus intégré, c'est-à-dire, les producteurs en moyenne Ils auront une plus grande clarté vers où va la proposition basée sur la durabilité.

d) La non-durabilité en dessous de la moyenne des indicateurs de conservation des sols, de forêt et de niveau de complexité reste constante dans le temps Ces indicateurs tout au long de l'analyse ont été les points critiques dans l'élaboration de la proposition ASPROINCA.

e) Comme établi par le groupe des membres de l'Association, la qualification avec un score de 5 pour les différents indicateurs s'avère être la condition la plus durable et devant laquelle les différentes exploitations (propriétés) peuvent de plus en plus aborder la proposition de production durable, indépendamment du temps dans lequel ils se trouvent, car les trois périodes sont dans des fourchettes très similaires.


figure 3. Comportement des indicateurs de durabilité en fonction du temps de mise en œuvre.

L'aménagement du territoire dans le contexte du régional, au niveau du bassin, du micro-bassin et du village, vise enfin à renforcer ce que la communauté a construit mais avec des éléments plus concrets qui permettent à la prise de décision d'intervenir en fonction de chaque cas. Par conséquent, le développement d'instruments basés sur les indicateurs contribue à mesurer la durabilité des biens dans le temps qui affecte à terme le bassin et contribue à l'aménagement du territoire.

Merci.

Les auteurs expriment leur gratitude à l'Association des Producteurs Indigènes et Paysans de Río Sucio, Caldas, Colombie - Asproinca et Swisaid, qui a permis la réalisation de ce travail, sans leur soutien nous n'aurions pas réussi son exécution.

Bibliographie.

Sarandón S. J., Zuluaga MS, et tout, 2001., Application d'indicateurs pour évaluer la durabilité des systèmes de production agricole à Colonia Güemes, Misiones. Argentine. Agroécologie, Faculté des sciences agricoles et forestières, Université nationale de La Plata, Argentine.

Arango H., Solarte A., 2004, Méthodologie pour la construction d'indicateurs de manière participative, Ateliers de formation pour les communautés paysannes et autochtones, Fondation Cipav.

Arango H., Solarte A., Pedraza G., 2002, Évaluation - Diagnostic sur la durabilité de la proposition productive d'Asproinca, rapport final.

Arango H., 2003, CD Participatory Property Planning, Foundation Center for Research in Sustainable Systems of Agricultural Production CIPAV, Cali, Colombie.

1.- Il se réfère à l'espace physique où il est exécuté; ferme, ferme, propriété, ferme, autre.

2.- Fundación Cipav, Ingénieur Agricole, Chercheur Intégration des Systèmes Durables de Production Agricole, [email protected]

3.- Fundación Cipav, Biologiste M. Sc. Développement durable, Chercheur en conservation, utilisation et gestion durable de l'eau dans les micro-bassins. [email protected]

4.- Fundación Cipav, Zootecnista M.Sc. [email protected]


Vidéo: WEBINAIRE - Ordonnancer et Planifier sa production industrielle pour optimiser ses coûts (Juin 2021).