LES SUJETS

La Russie et la France décident d'interdire la production et la commercialisation de produits transgéniques

La Russie et la France décident d'interdire la production et la commercialisation de produits transgéniques


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Au cours des dernières heures, on savait que le gouvernement russe avait pris la décision d'interdire la fabrication de produits contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM).

"En ce qui concerne les organismes génétiquement modifiés, nous avons pris la décision de ne pas les utiliser dans notre production", a déclaré le vice-Premier ministre russe Arkady Dvorkovich lors d'une conférence sur les biotechnologies dans la ville de Kirov, comme l'a rapporté RT.

Il a assuré que "ce n'est pas une question simple", car il est encore nécessaire de travailler dans les sphères de "l'influence dans le cadre légal", a rapporté Spoutnik.

En Russie, l'utilisation des OGM présents dans les aliments produits dans le pays est passée de 12% à 0,01%.

On estime qu'il n'y a que 57 produits légaux qui incluent des OGM dans leur composition.

La loi qui exigera l'enregistrement de tous ces produits entrera en vigueur à la mi-2017, selon Natural News.

France, sans OGM

Pour sa part, le gouvernement français a annoncé qu'il utilisera ses pouvoirs légaux, dans le cadre de la législation de l'Union européenne, pour se déclarer exempt d'OGM à court terme.

L'objectif de la décision est d'éviter les risques environnementaux associés à l'utilisation de ce type de culture, par exemple, dérivé de la pollinisation aérienne inhérente, qui peut contaminer les espèces indigènes.

En mars 2014, le gouvernement français a décidé d'interdire la commercialisation, l'utilisation et la culture du maïs MON 810 génétiquement modifié, produit par le groupe américain Monsanto.

C'est une variété qui produit une protéine naturelle qui les protège des dommages causés par les larves de certaines espèces de lépidoptères.

Selon les données scientifiques, la culture des semences de maïs MON 810 «présenterait des risques pour l'environnement, ainsi qu'un risque de propagation d'organismes nuisibles devenus résistants».

De leur côté, cinq autres nations européennes ont annoncé des projets similaires: l'Allemagne, l'Écosse, la Hongrie, la Lettonie et la Grèce.

Réseau 21


Vidéo: Les organismes génétiquement modifiés (Juin 2022).