LES SUJETS

UNC: Les sciences agricoles ont abrogé l'accord avec Monsanto

UNC: Les sciences agricoles ont abrogé l'accord avec Monsanto

En septembre, l'Honorable Conseil Supérieur de l'UNC a rejeté l'accord signé, déclarant que l'accord entre Agronomie et la multinationale ignorait la loi générale de l'environnement et n'aidait pas à résoudre le conflit social déclenché à Cordoue depuis plusieurs années par le installation d'une usine de traitement des semences. (Voir: Accord de la Faculté d'agronomie avec Monsanto rejeté)

Après avoir suspendu l'accord pour en discuter «à l'intérieur», Conrero a finalement accepté d'abroger l'accord signé après que les treize doyens et le recteur Francisco Tamarit se soient mis d'accord sur une position commune. "Ils m'ont demandé de voir la possibilité de laisser l'accord sans effet pour collaborer avec la situation de pacification. Il a été convenu avec tous les doyens et j'ai accepté, pensant que cela décompresserait la situation, même si cela ne s'est pas produit", a déclaré Conrero dans dialogue avec Channel 10.

Cependant, l'abrogation officielle de l'accord ne pouvait pas faire partie de la session du Conseil supérieur car un groupe de manifestants anti-monsanto est entré par effraction dans les locaux et a empêché le corps universitaire de terminer avec les sujets qui constituaient l'ordre du jour de cette journée.

"La session du Conseil supérieur s'est rendue dans une salle intermédiaire car il y a eu une mobilisation de personnes qui se sont opposées à l'accord signé par la Faculté des sciences agronomiques avec la société Monsanto et la situation est devenue très conflictuelle et a empêché la réunion", a déclaré le secrétaire général de l'UNC, Alberto León.

Le fonctionnaire a expliqué que le Conseil "ne peut pas intervenir dans une décision adoptée par une faculté de notre université", mais a précisé que lors d'une session plénière des doyens avant la session d'aujourd'hui, les 13 facultés avaient accepté de demander au doyen, Marcelo Conrero, "qui a annulé l'accord et il avait accepté ".

On espérait alors que le Conseil pourrait approuver cette mesure, mais la tension qui régnait à l’endroit l’empêchait de continuer à traiter les questions.

Enfin, León a précisé que "l'attribution de l'annulation de l'accord incombe à celui qui l'a signé", déclarant ainsi que la décision doit être prise par la Faculté d'agronomie.

De son côté, le conseiller étudiant, Ramiro Albarracín, de La Bisagra, a regretté que "la session ne puisse pas se terminer" et s'est rendu dans la salle provisoire pour une date indéterminée, car cela "empêchait les démarches administratives nécessaires pour quitter sans effet l'accord" . "Nous ne savons pas ce que certains donnent la priorité", parce que "ceux qui se seraient opposés à l'accord sont les mêmes qui ont empêché cela d'être officialisé aujourd'hui, malgré le fait que nous avions déjà réussi à faire reculer la Faculté" dans cet accord, Albarracín s'est plaint.

"C'est une université très prestigieuse et je pense que nous devons lutter pour cela (...) L'Université doit continuer, elle ne peut pas être loin de la société ou des relations avec les entreprises car elles font partie du système national", a déclaré Conrero sur les motivations de l'accord, maintenant annulé.

CBA24


Vidéo: Globalização Milton Santos - O mundo global visto do lado de cá. (Mai 2021).